Bagad Sonerien Bro Dreger

Laëtitia Anthoine, penn-sonneuse - Perros-Guirec

← Retour aux articles de presse

Laëtitia Anthoine, penn-sonneuse - Perros-Guirec

Comme un chef d'orchestre, Laëtitia Anthoine dirige le bagad par de grands gestes.

Pourquoi ? Comment ?

On dit penn-sonneur ou penn-sonneuse ?

La question suscite plus de blagues que de réponses dans un bagad historiquement dirigé par des femmes. On dira donc penn-sonneuse ! « On est plus discipliné quand on a une fille en face de nous », reconnaît - sérieusement - Raphaël Dubouays.

Pendant dix ans, Laëtitia Anthoine a ainsi été penn-cornemuse, en binôme avec Gwen Sanquer, penn-sonneuse.

C'est le chef d'orchestre ?

En quelque sorte, oui, puisque le penn-sonneur dirige le bagad lors des concours. Il choisit aussi les morceaux, parfois il les compose, les arrange. Certains bagadoù reposent sur un compositeur unique.

À Perros, ils sont quatre : Laëtitia Anthoine, Erwan Podeur, Eric Beaumin et Antoine Leran. « Ce n'est pas notre métier, justifie la penn-sonneuse perrosienne. C'est tellement d'investissement que c'est important de tourner, que ça ne repose pas sur une seule personne. »

Il porte la pression le jour du concours ?

« Oui, parce que ce jour-là, on a une obligation de résultat. » Au risque de vivre une contre-performance comme un échec ? À Brest, par exemple ? « On est réalistes sur notre niveau, on n'a pas de prétention, tempère Laëtitia Anthoine. Après le concours, j'ai fait un débriefing, j'ai écouté tout le monde. Ce que l'on souhaite, c'est se maintenir. Donc pour Lorient, on a vraiment la pression ! »

Un penn-sonneur ne joue pas ?

Ça dépend. Laëtitia Anthoine n'a pas joué à Brest, elle s'est contentée de diriger. Elle reprendra sa cornemuse pour la fête des 30 ans. Peut-être aussi à Lorient.

Ouest-France

← Retour aux articles de presse

Partager